Le CECREF c'est : un lieu d'interrogation et de reflexion clinique sur le groupe familial. Nous y développons différentes approches thérapeutiques (Thérapies individuelles, Thérapies de couples, Thérapies familiales, Hypnose) qui s'adressent aux personnes, parents, couples, familles.

Nous proposons également des formations et supervisions, de l’analyse des pratiques aux acteurs sociaux.

Des personnels qualifiés issus de différents champs professionnels peuvent répondre à vos questions et mettent ensemble leurs compétences pour vous aider.

Les deux centres Troyes et Rouen vous accueillent en tant que :

- Personnes pour des thérapies individuelles

- Couples pour des thérapies de couples

- Familles pour des thérapies familiales

- L’hypnose peut vous être proposée :

  • de façon « classique » (allongé, plutôt dans la détente dans les thérapies individuelles ou assis si vous préférez)
  • de façon conversationnelle dans les autres formes de thérapie.

Le CECREF remercie ses partenaires :

Troyes Habitat et Mon Logis

Troyes Habitat

Mon Logis

Thérapies Familiales, Thérapies de Couples, Thérapies Individuelles, Hypnose.

Le but de notre association est d’aider des individus, des couples et des familles en difficultés relationnelles par des consultations de thérapie familiale, de thérapie de couple, et par des aides individuelles.

Notre fondement théorique est l’approche systémique.

On a l’habitude de dire que cette approche est née à PALO ALTO (à côté de SAN FRANSCISCO) bien qu’ elle fut, en réalité, enrichie,  complétée, par des chercheurs en Europe et partout dans le monde.

C’est véritablement la rencontre de concepts, de théories, émanant des Sciences humaines, des mathématiques, de la philosophie qui a finalisé un mode de pensée, de lecture, d’analyse et d’interventions, fondateur de la thérapie systémique, et par extension de la thérapie familiale et de la thérapie de couple.

A PALO ALTO

Un groupe de psychiatres s’est questionné sur le fait de travailler seulement avec le patient présentant des troubles ; ils avaient bien repéré que les troubles montrés par cette personne avaient un rapport évident avec ses systèmes d’appartenance : en premier lieu sa famille, ou son couple ou son travail…

Leur certitude était que le mal-être du patient avait un sens, une origine qui n’ avait pas seulement à voir avec sa personnalité, son psychisme, et qu’ainsi en travaillant seulement avec lui, on se privait de pouvoir travailler sur les relations l’unissant aux autres.

Plutôt que s’enfermer dans une lecture dite linéaire (telle cause produit tel effet) il s’agit de pouvoir donc avoir accès à toute la complexité d’un système : couple, famille, équipe, institution, entreprise…

L’arrivée de la pensée systémique dans le champ psychosocial a décentré le regard posé sur les situations et a élargi la lecture qui en était faite pour tenir compte de la globalité relationnelle dans laquelle le symptôme se situait. Ainsi des notions nouvelles sont apparues significatives, et ont été utiles à la définition  de nouvelles grilles.
Par définition, nous sommes attentifs à des notions telles que :

LES FRONTIERES

Ou la capacité à faire fonctionner de la différence selon la place qu’on occupe. Cet aspect peut se retrouver dans les problématiques où plusieurs niveaux générationnels sont impliqués, dans les familles recomposées…

L’APPARTENANCE ET L’IDENTITE

Où le sentiment d’être autorisé à être soi-même, donc différent des autres tout en pouvant vérifier que l’on continue à faire partie du système. Les familles migrantes peuvent être concernées par cette problématique ainsi que les adolescents en partance ou plus gravement en voie de désinsertion.

LES LOYAUTES

Ou le devoir de fidélité dont on peut se sentir investi, secrètement ou explicitement, à une personne ou à une cause. Cette problématique qui concerne toutes les familles peut se manifester de manière aiguë dans les familles recomposées, dans les situations où les enfants sont impliqués au niveau d’un conflit du couple parental, dans les séparations, avec les adolescents, dans la question de l’adoption…

LA DEPENDANCE ET L’AUTONOMIE

Ou la capacité à prendre le risque du départ sans s’exposer à rompre le lien ou l’autonomie qui diffère de l’isolement comme capacité à gérer sa dépendance à l’autre. Dans les symptômes tels que l’alcoolisme, la toxicomanie, l’incapacité à se séparer de sa famille d’origine, ces notions doivent être explorées.

POUR NOUS, LA FAMILLE DEVIENT : LE MALADE, LE MEDICAMENT, ..ET LE LABORATOIRE !

Chaque famille est confrontée de façon permanente à des crises, doit s’adapter à des changements, tout en maintenant son équilibre (une naissance, une maladie, une perte d’emploi, un départ, un déménagement, un accident, un deuil...)
Chaque famille possède en elle-même un auto-régulateur  qui lui permet de se maintenir entre ses forces de maintien et ses forces d’adaptation, de changement, de transformation, c’est cela que nous appelons l’homéostasie.
L’apparition de troubles présentés par un ou plusieurs membres de la famille sont pour nous le révélateur de la rupture de l’homéostasie familiale ; ces symptômes sont le signe que la famille est momentanément ou plus durablement en rupture de son équilibre.
D’elle même elle n’est plus en mesure de se réguler.
Ce symptôme qui apparaît peut alors être « utile » à la famille, soit pour qu’elle réagisse, soit pour qu’elle puisse interpeller une aide extérieure.

Ainsi, NOTRE CHOIX THERAPEUTIQUE est–il de travailler avec toute la constellation familiale.
Notre objet est de co-construire avec la famille un regard sur son fonctionnement afin d’activer ses potentialités et de mobiliser ses compétences en vue de l’accompagner vers un changement fructueux.

Centre d'Etude Clinique Relations Familiales (CECREF)

Troyes (siège social)
4 RUE CELESTIN PHILBOIS - 10000 TROYES - Tél. : 03.25.46.01.65

Rouen (antenne)
19B RUE LOUIS BOUILHET - 76000 ROUEN - Tél. : 09.51.57.15.16